Même sans pesticides, l’agriculture biologique est aussi performante

Print Friendly, PDF & Email

L’agriculture bio constitue maintenant un secteur en plein essor. La demande pour les produits bio est de plus en plus forte et c’est une bonne chose. Les gens sont maintenant plus informés à propos des pesticides et de leurs effets sur la santé et l’environnement. Mais est-ce que ce type d’agriculture offre un rendement aussi performant qu’avec la méthode conventionnelle? Il semblerait que oui!

Une hausse pour les ventes de produits bio

Par souci d’avoir une meilleure santé et de contribuer à la protection de l’environnement, les gens se tournent maintenant vers l’alimentation bio. Il en est de même en Europe. Au Québec, plus de 1500 entreprises offrent des produits bio. Avec le temps, le bio occupe une part du marché croissante. Selon des sondages effectués par la Filière biologique du Québec, les ventes d’aliments bio augmentent de 10 % par année, et ce, depuis plus de 10 ans. Également, la moitié des Québécois en consomment. Le monde de la restauration a également intégré les aliments bio à son menu. C’est une bonne chose car les prix baisseront et plus de gens pourront s’en procurer.

Agriculture biologique et agriculture conventionnelle

Se convertir à l’agriculture biologique n’est pas chose facile. Les fermiers doivent s’instruire davantage sur la bonne façon de faire pour réussir cette conversion. Ils doivent être motivés et conscients de l’impact des gestes posés sur la santé et l’environnement mais cela vaut la peine d’y mettre l’effort.

Les ravageurs (insectes, acariens, vers …)

L’agriculture bio est aussi efficace que la façon conventionnelle pour lutter contre les ravageurs. La biodiversité de la faune du sol permet de lutter contre les insectes nuisibles. Toutefois, il ne faut pas se fier uniquement là-dessus pour contrer certains ravageurs. Il faut également qu’il y ait de la prévention en utilisant différentes techniques comme la rotation des cultures, etc.

Les maladies (champignons, bactéries)

Dans le cas des maladies, l’agriculture biologique performe mieux. C’est le résultat des observations faites par des chercheurs de l’INRA et de l’université de Rennes qui viennent de publier un article sur le sujet dans la revue Nature Substainability. Les cultures bio sont moins infestées par les agents pathogènes.

Les désherbants

En agriculture conventionnelle, cela prend environ 1 heure pour désherber contre 12-13 heures en agriculture biologique. Toutefois, l’ajout de luzerne semble régler le problème. Mentionnons que la présence des adventices ou mauvaises herbes aide à lutter contre les maladies et les ravageurs en attirant les espèces ennemies des bioagresseurs. N’éliminez donc pas toutes les adventices!

La luzerne, une solution efficace contre le ray-grass

Comme les mauvaises herbes utilisent l’eau et les éléments nutritifs du sol pour pousser, les agriculteurs procèdent au désherbage. Ainsi, il n’existe plus d’herbicides efficaces contre le ray-grass car celui-ci est devenu résistant. De toute façon, l’emploi d’herbicides est interdit en agriculture bio. L’emploi de la luzerne constitue une alternative intéressante aux pesticides et cela semble efficace. 

Les rendements sont-ils comparables?

Il est possible d’obtenir des rendements comparables avec le bio tout en polluant moins à condition de savoir comment faire. Les engrais chimiques et les pesticides doivent être remplacés par une meilleure connaissance des sols, de la biologie des plantes, etc. Plusieurs productions horticoles de même que l’acériculture et les céréales offrent un aussi bon rendement qu’avec la méthode conventionnelle. Pour d’autres, le rendement est inférieur à 25 %. Toutefois, l’amélioration des connaissances techniques de ce secteur fera en sorte que cette différence va diminuer de plus en plus. Pour l’instant, le rendement économique plus élevé compense pour un rendement au champs plus faible.

Selon le MAPAQ (Ministère de l’Agriculture, Pêcheries et Alimentation du Québec), l’agriculture bio est devenue une entreprise rentable à cause des prix de vente plus élevés des aliments bio et des économies réalisées sur les intrants tels que les pesticides et les engrais chimiques qui sont devenus inutiles.

Le remplacement de ces engrais et pesticides chimiques par des moyens biologiques permettra de réduire l’empreinte écologique de l’agriculture. Espérons qu’il y aura de plus en plus d’agriculteurs qui se convertiront au bio avant qu’il ne soit trop tard.

 

Références:

Evidence that organic farming promotes pest control

L’agriculture biologique

Luzerne et Bio, une bonne combinaison

Lutter contre les insectes nuisibles en agriculture biologique : intervenir en harmonie face à la complexité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *